Cédric Chavin. Un comédien-cascadeur au cœur de l’action

Comédien-cascadeur depuis 15 ans, Cédric Chavin est de ces professionnels locaux discrets et humbles œuvrant à l’international. Simplicité, modestie, mais aussi générosité et assiduité au travail tracent sa ligne de conduite. Il partage sa vie entre Néant-sur-Yvel et les plateaux de tournage, en France et en Europe.

Quand deux passions deviennent un métier

Nul besoin d’être à Paris pour réaliser ses rêves de cinéma. Originaire de l’Ain et installé en Brocéliande depuis 2008, Cédric a depuis toujours deux passions : le sport et le cinéma. Jeune sportif de haut niveau en athlétisme et en judo, il se distingue dans les compétitions nationales avant d’être contraint, pour diverses raisons, de lever le pied.

Sa vie ne tourne pas tout entière autour du sport : il a aussi une forte sensibilité artistique, qui s’exprime à travers son engouement pour le cinéma et le monde du spectacle vivant. Il souhaite faire se rencontrer ses deux passions : « c’est ce qui m’a amené à vouloir devenir comédien-cascadeur ». Il entame alors une formation de combat scénique au début des années 2000. « Elles étaient rares quand j’ai commencé… Pendant deux ans, j’ai travaillé les techniques de combat, le jeu d’acteur, mais pas seulement. Il y a avait aussi une part de technique, pour nous permettre de comprendre tous les enjeux et tous les métiers d’un tournage, ou le déroulement d’un spectacle, du début à la fin. Je pouvais aussi être présent sur des tournages avec mes mentors : comme observateur, comme stagiaire, comme assistant… Ces premières expériences professionnelles m’ont permis d’apprendre énormément. Quand j’ai validé ma formation, en 2004, j’ai pu directement voler de mes propres ailes. » Les premiers contrats et les liens tissés lui ouvrent d’autres opportunités qu’il saisit systématiquement. Le cercle vertueux se met en place : « Attention, rien n’est jamais acquis ! Dans ce métier, il est important de toujours rester humble, de conserver un bon niveau physique et technique, de régulièrement se former pour renforcer ses points forts, pallier ses points faibles et être capable de se renouveler. Surtout, il faut rester à l’écoute et disponible. Le cercle s’ouvre, mais peut aussi se refermer très vite. » Formations, entraînements quotidiens, bonne hygiène de vie : être comédien-cascadeur exige de la discipline. Au-delà d’un métier et d’une passion, sa profession est aussi un mode de vie.

Humilité, partage et esprit d’équipe

Au cinéma, l’humilité est de rigueur. Cédric vit les grandes batailles du cinéma de l’intérieur. Combattant anonyme, il est au cœur de grands moments d’action collective et contribue au réalisme de ces scènes époustouflantes où chaque détail compte. Il a notamment ferraillé dans la série Versailles (Canal +), comme doublure d’un des comédiens dans une série à sortir de HBO Nordic, et dans un blockbuster produit par Netflix, Outlaw King, en 2018. « C’était mon premier gros film et cela a été une superbe opportunité. En plus de l’expérience, cela m’a permis d’être en contact avec le monde de la cascade en Grande-Bretagne et de commencer à me créer un réseau là-bas. Et puis en termes de crédibilité, être dans ce genre de production parle aux gens… Cela montre que vous avez le niveau ! »

 

En spectacle et dans les autres aspects de sa vie professionnelle, il peut être sur le devant de la scène, mais c’est toujours le partage qui prime. Installé à Néant-sur-Yvel depuis 2008, il a donné pendant plusieurs années des cours d’escrime médiévale à Loyat et propose désormais régulièrement des stages de combat scénique à Rennes. Il apprécie particulièrement de s’impliquer dans la vie du territoire et de contribuer à des animations touristiques originales.

Cet été et comme chaque année, il fera partie du Grand Spectacle du château de Comper (Concoret), comme acteur et comme chorégraphe des scènes de bataille. C’est d’ailleurs lui qui a formé les chevaliers en armure et les hordes qui s’attaquent à coups d’épées, de haches et d’armes en tous genres. Il sera l’un des acteurs des visites guidées théâtralisées de Josselin, en costume et avec scène de combat finale, organisées tous les mercredis entre le 17 juillet et le 21 août. Il animera une journée médiévale le jeudi 22 août au Camp des Rouets (Mohon). Enfin, il proposera quelques ateliers « Chevalerie et escrime » en Brocéliande (La Porte des Secrets, Paimpont).

“Aller plus loin”

Qui dit partage dit aussi collectif. Rarement en solo, Cédric privilégie l’esprit de troupe et les projets communs. Il travaille depuis plusieurs années avec un groupe de passionnés, qu’il a formés et qui sont, pour certains, de futurs professionnels. Cette équipe l’accompagne dans des animations, comme celles du Trail des Remparts de Vannes, où il était intervenu en 2018. « Ce sont encore eux, mais sans moi, qui ont fait l’édition 2019. »

Ne pas rester sur ses acquis, se renouveler, se dépasser est un état d’esprit bien concret pour Cédric. « Depuis peu, mon équipe et moi sommes devenus porteurs de projet… Nous voulons aller plus loin dans notre passion du cinéma et du combat scénique et créer notre minisérie. Tout est déjà bien avancé et nous espérons bientôt faire une levée de fonds. »

Quand on lui demande un conseil, pour suivre ses traces ou pour vivre sa passion, Cédric cite volontiers Harrison Ford et une phrase qui avait opéré un déclic chez lui : « Dans un festival de Cannes, à un journaliste qui lui avait demandé la clé de son succès, il avait répondu : “Il faut simplement se donner les moyens de ses ambitions”. C’est simple, évident, mais ça dit tout. Quand on se donne les moyens, quand on croit en soi, on a tout mis en place pour y arriver. »

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.