Démocratie et liberté d’expression en Espagne : le cas de la Catalogne

Une table ronde a été organisée mardi 4 décembre par l’association culturelle Òmnium autour de la démocratie en Espagne suite à l’emprisonnement d’élus et de non-élus catalans tel que Jordi Cuixart, président d’Òmnium.

J’ai été accueilli au siège de la Ligue des droits de l’Homme avec Txell Bonet, compagne de Jordi Cuixart, Benoît Hamon, fondateur de Génération.s, Edwy Plenel, co-fondateur de Mediapart, Michel Tubiana, président d’honneur de la LDH pour discuter de la situation des prisonniers catalans et des craintes qui portent sur le caractère politique de leur procès prévu en février.

Il convient de continuer à alerter le Gouvernement et l’Union européenne sur la situation de la Catalogne, alors que l’Union ne semble pas prête à prendre des mesures envers l’Espagne. Pourtant, les militants catalans emprisonnés sont des prisonniers politiques, qu’on souhaite faire taire pour leur opinion et on ne peut que s’inquiéter de l’instrumentalisation de leur procès.