Malestroit : l’agence du Crédit Mutuel fait peau neuve

CMB - Malestroit

CP : Les Infos du Pays Gallo.

 Lors de l’inauguration de l’agence du Crédit Mutuel de Malestroit, j’ai découvert un outil de travail pensé autour des notions de proximité et de modernité. Un moment au cours duquel j’ai également dévoilé mon soutien pour l’indépendance d’Arkéa.
L’agence du Crédit Mutuel de Malestroit fait peau neuve. Les travaux de rénovation et de modernisation qui ont été menés entrent dans la politique de réhabilitation et de transformation souhaitée par le Crédit Mutuel de Bretagne, bien déterminé à en décentraliser ces centres de décision, comme l’a rappelé le Président du groupe Arkéa – Crédit Mutuel de Bretagne, présent lors de l’inauguration.

Une inauguration qui s’inscrit dans un contexte bien particulier

Pour preuve, l’agence de Malestroit est rattachée centre décisionnel de Ploërmel où sont prises, par exemple, les décisions sur les attributions de crédits. L’ensemble des responsables de l’agence, parmi lesquels Jean-Michel Olivier, le président de la caisse locale, ont d’ailleurs pris soin de rappeler leur attachement à la notion de territoire, en prônant les avantages de la proximité mais en n’oubliant pas de miser sur le développement du digital.
L’inauguration de la nouvelle agence s’est déroulée dans un contexte bien particulier puisque le groupe mutualiste qu’est Le Crédit Mutuel Arkéa, qui regroupe fédérations de Bretagne, du Sud-Ouest et pour quelques mois encore du Massif Central, envisage de quitter la Confédération nationale du Crédit Mutuel(CNCM) et sa volonté centralisatrice.
Pourquoi ? Pour deux raisons. La première : pour obtenir une ample indépendance et donc avoir les mains plus libres pour poursuivre son développement. La seconde étant que le groupe Arkéa juge désormais impossible la cohabitation avec la Confédération nationale du Crédit Mutuel, devenu en quelque sorte un groupe concurrent.
20180222_175433

Prise de position pour Arkéa

J’ai profité de l’événement pour afficher mon soutien en faveur de la démarche initiée par le groupe Arkéa qui n’hésite pas à investir dans l’économie régionale. Avec ses 9500 emplois basés en région et une prise de décision locale – le siège étant au Relecq-Kerhuon dans le Finistère, Arkéa se hisse au rang de 7e banque de France pour le produit bancaire net et au 30e rang européen par sa solidité. Les résultats du groupe Arkéa, notamment depuis la crise économique et financière de 2008, prouvent qu’il est possible de réussir en n’intervenant que dans l’économie réelle, ce qui est en contradiction avec l’ambition de la Confédération nationale du Crédit Mutuel de devenir une société coopérative à capital variable intervenant sur les marchés spéculatifs. Ce sont d’ailleurs ces différents motifs qui m’amène à prendre position pour Arkéa et son objectif de rester une banque coopérative et mutualiste indépendante.

Une modification législative nécessaire

Fort de ses traditions mutualistes, le groupe Arkéa a décidé de laissé les caisses locales voter “pour” ou “contre” l’indépendance, le 23 mars prochain. Le vote devra ensuite être officiellement entériné en septembre. En cas d’une majorité de “pour”, pour acter juridiquement la création d’une nouvelle banque coopérative et mutualiste mais autonome, une modification législative sera nécessaire. C’est pourquoi j’interpellerai prochainement le Gouvernement à ce sujet afin de savoir s’il est prêt à soutenir la modification législative visant à acter le maintien d’Arkéa.

 

Vous aimerez aussi...