Patricia Dagnaud, tisseuse de liens : un mariage heureux entre plaisir du contact et goût du service

Cela fera 10 ans en 2017 que Patricia Dagnaud est installée dans le pays de Ploërmel. Commerciale de formation, elle a créé en 2013 son entreprise d’organisation de mariages Chrysa’Lys et rejoint en 2015 le réseau Femmes de Bretagne, dont elle implante une antenne à Ploërmel.

Le commerce : une révélation et des valeurs

Enfant puis adolescente, Patricia Dagnaud s’épanouissait peu à l’école. Réorientée vers un BEP, elle choisit la vente, suivant une inclination naturelle qui se dessine depuis qu’elle est toute petite et marchant dans les pas de son père. Là, l’évidence s’affirme et sa vocation est toute trouvée. « Après mon BEP, je suis repassée par un cursus classique et j’ai enchaîné avec un BTS Force de vente. » Attachée commerciale pendant 15 ans, elle est missionnée par le groupe Ouest-France pour la dynamisation des ventes d’abonnements en région puis pour la commercialisation d’espaces publicitaires dans toute la France.

S’installant avec son mari en Bretagne, elle met ses talents au service de nouveaux challenges : « Je travaillais alors au sein d’un grand groupe spécialiste de l’hygiène pour lequel je répondais à des appels d’offres et gérais le suivi de marché. » Assez vite, elle a la sensation que, malgré ses résultats, elle ne pourra pas évoluer dans la société, un milieu masculin où aucune femme n’est aux commandes. S’ajoute un changement de politique commerciale de l’entreprise : « J’étais en désaccord avec les nouvelles directives à appliquer. J’ai toujours eu des valeurs dans ma relation avec mes clients, et là, je n’étais plus en adéquation avec elles. Cela a été l’un des déclics pour partir, créer mon entreprise et pouvoir enfin mener ma propre politique commerciale. »

Pour autant, Patricia Dagnaud n’a pas de projet précis. « J’en ai eu assez de vendre du papier toilette, plaisante-t-elle. Je voulais vendre quelque chose d’unique, de joyeux. J’ai cherché sans pressentir qu’il s’agirait du mariage. »

« Entreprendre, c’est aussi sortir de sa zone de confort. »

Parmi les éléments qui ont concouru au choix du métier d’organisatrice de mariages, terme qu’elle préfère à l’anglicisme « wedding-planner », le divorce de ses parents joue un rôle important. « J’ai remarqué à travers les différentes rencontres que je peux faire, notamment au sein du réseau Femmes de Bretagne, que l’on choisit souvent son métier par rapport à son histoire personnelle, comme une réparation, un soin, un médicament. » La chef d’entreprise reconnaît volontiers que l’organisation n’était pas une « qualité naturelle » chez elle, mais qu’elle a mis un point d’honneur à se dépasser. « Entreprendre, c’est aussi sortir de sa zone de confort. » Elle se crée une méthodologie rigoureuse faisant d’elle « une reine de l’organisation ». Elle s’épanouit dans ce métier qui lui permet de nombreuses et belles rencontres : « Je découvre de nouvelles personnes, des histoires d’amour et des parcours de vie. Cela m’apporte beaucoup de joie. » La passion de la vente n’est jamais bien loin : « La préparation du devis et l’explication liée sont un vrai plaisir pour moi. »

L’implantation locale : une force

Patricia Dagnaud travaille avec des clients venant du monde entier pour orchestrer leur mariage en Bretagne à cinq départements. Il s’agit aussi bien d’événements de grande envergure que de réceptions plus classiques. Les futurs époux, géographiquement éloignés ou manquant de temps, délèguent l’aspect organisationnel pour conserver seulement la partie décisionnelle. Patricia enquête pour trouver les meilleurs professionnels locaux, s’ils ne sont pas déjà dans son carnet d’adresses. « Je prône la proximité ! insiste-t-elle. Je ne travaille qu’en local : pour la qualité bien sûr, mais aussi pour l’aspect pratique de la bonne connaissance des lieux et de l’habitude de la collaboration en équipe. »

Elle enrichit régulièrement son réseau, la saison hivernale, plus calme pour son activité, lui permettant d’écumer les salons du mariage et de faire de nouvelles rencontres. « J’aime donner leur chance à de nouveaux entrepreneurs talentueux et contribuer à les lancer. Il y a beaucoup de jeunes très doués qui l’ignorent encore. Et puis, si on m’embauche, ce n’est pas pour que je sélectionne le premier prestataire mentionné sur Google, c’est pour que j’apporte des idées différentes. »

Elle a rejoint le Femmes de Bretagne l’hiver 2015, dans sa période de creux, avec cette idée de trouver des prestataires compétentes, des « pépites » à faire intervenir dans ses mariages.

Femmes de Bretagne : de Vannes à Ploërmel

Créée fin 2014 par Marie Eloy, l’association Femmes de Bretagne fait assez vite parler d’elle. C’est une maquilleuse avec qui Patricia Dagnaud travaille qui lui fait part, pour la première fois, de l’existence de l’association. « Elle avait rencontré beaucoup de personnes et s’était développé une clientèle. Je suis allée sur Vannes et j’y ai rencontré des personnes qui avaient les mêmes valeurs que moi. » Très vite, elle s’engage comme bénévole. Elle ouvre des réunions mensuelles à Ploërmel dès janvier 2016. L’organisation inclut désormais trois personnes pour plus de souplesse et plus de rendez-vous : elle partage ainsi l’animation des rencontres avec Sophie Le Callonec et Isabelle Amiel.

Ce qui a suscité le déclic et l’adhésion de Patricia à Femmes de Bretagne, ce sont les échanges, différents des réseaux mixtes. « On aborde des sujets dont on ne traiterait pas en présence d’hommes, comme le fait de concilier le travail, le couple et la famille, aspect pourtant incontournable pour réussir sa vie professionnelle. » Elle reconnaît aussi que l’association apporte une aide concrète aux femmes dans un monde encore majoritairement masculin où évoluer reste difficile. « Femmes de Bretagne n’est ni une association sexiste ni une association féministe, c’est un réseau d’entraide, tout simplement parce que les femmes demeurent en minorité dans le monde des dirigeants d’entreprise. »

Rêves de créateurs : valoriser les talents de Bretagne

Femmes de Bretagne, en plus de rassembler et de soutenir les femmes entrepreneures, porteuses de projets et solidaires, est également instigatrice d’événements, à l’image du salon Rêves de Créateurs qu’elle a lancé. Cette fois, nul besoin d’être une femme pour y avoir sa place : ce salon, auquel prend part Patricia Dagnaud puisqu’elle fait partie de l’équipe d’organisation, valorise les créations artisanales et artistiques tout autant que les inventions techniques et technologiques. Salon régional, il a pour objectif, déjà rempli lors de sa première édition en 2015, de mettre en contact le public et les professionnels avec des porteurs d’innovation et de créativité. La prochaine édition aura lieu au Palais des Arts de Vannes les 2, 3 et 4 décembre 2016.

Découvreuse de talents, débusqueuse d’idées nouvelles, ardent soutien de la créativité et de l’esprit d’entreprise, Patricia ouvre volontiers son carnet d’adresses, qu’il s’agisse d’y intégrer de nouveaux contacts ou d’aider à la réussite d’entrepreneurs qu’elle soutient avec ferveur.

Son site : chrysa-lys.fr