Tréhorenteuc. 40 ans après, l’hommage à l’abbé Gillard

40 ans après la disparition de l’abbé Gillard, ils se mobilisent pour lui rendre hommage.
En effet, les membres de l’Association de sauvegarde des œuvres de l’abbé Gillard, présidée par Danielle Ealet, a prévu un cycle de rendez-vous en mémoire de celui qui a été recteur de Tréhorenteuc de 1942 à 1962, et notamment une exposition qui retrace son œuvre, visible jusqu’au 31 août à côté de l’église du Graal.

Pour rappel, lors de sa nomination à Tréhorenteuc, l’abbé Gillard, né à Guégon, a entrepris de rénover la petite église de la commune, dédiée à Saint-Onenne, en y introduisant la légende du Graal. Entouré de fidèles compagnons, d’artistes de renom comme l’écrivain Jean Markale, l’objectif de l’abbé Gillard était d’associer en forêt de Brocéliande la chrétienté et la légende du Graal.

Pour financer les travaux de l’église, le recteur a déployé beaucoup d’énergie : il a publié des guides consacrés à Tréhorenteux, à Brocéliande, aux légendes de la Table Ronde et différents ouvrages mystiques. Ce genre de pratiques hétérodoxes a irrité sa hiérarchie qui lui ordonne de quitter la paroisse en 1962. Il ne sera alors plus jamais curé de Tréhorenteuc, un paradoxe pour quelqu’un qui a rénové l’église sur ses fonds propres et à dépensé toute son énergie pour obtenir des dons.

Une fois que l’on visite la petite église de Tréhorenteuc, il ne faut pas repartir sans avoir au cœur les quelques mots peints dans le chapitret, « la porte est en dedans ». Une invitation de l’abbé Gillard à aller au-delà du visible, vers une réalité essentielle, à entamer sa propre quête…

 

 

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.