Diwan : face au manque de dialogue, le combat continue

20180707_131631

Depuis plusieurs années, les élèves du Lycée Diwan de Carhaix et le collectif “Bak e Brezhoneg” sollicitent l’académie et l’Etat afin de faire valoir leurs droits à passer les épreuves de mathématiques du Bac en langue bretonne, à l’image des lycéens basques à qui l’on a permis de passer les épreuves d’histoire/géo et de mathématiques dans leur langue, depuis plusieurs années.

Un manque de dialogue vécu comme une injustice

Face au manque de dialogue et au refus systématique de l’administration, vécu comme une véritable injustice, 15 élèves de terminale du Lycée Diwan ont décidé d’agir en rédigeant une partie de leurs copies en breton. Mais, d’emblée, le rectorat avait fait savoir que seules les parties rédigées en français seraient évaluées.

Depuis, les résultats du baccalauréat sont tombés. 12 des 15 lycéens Diwan qui avaient répondu en breton à cette épreuve décrochent leur diplôme. Deux d’entre eux devront repasser certaines épreuves et un autre est recalé. Le problème est que le mode de correction retenu pour la correction de leurs copies reste très flou, les notes s’échelonnant de 3 à 17 sur 20.

Un rassemblement de soutien à Carhaix

Inspirés par leurs aînés, une soixantaine de collégiens ont décidé de faire de même en rédigeant une partie de leur épreuve de sciences en breton au brevet. Et idem : les correcteurs ont reçu pour consigne de traiter uniquement les parties rédigées en français.

Parce qu’il apparait logique que les élèves ayant poursuivi leur scolarité en breton puissent être évalués en breton, un rassemblement de soutien s’est déroulé samedi, à l’espace Glenmor de Carhaix.

Malgré les nombreux soutiens culturels, associatifs et politiques, le rectorat reste intransigeant. Par respect de la langue bretonne, de l’enseignement breton et par principe d’égalité, le combat continue.

20180706_140838

20180706_140808

Vous aimerez aussi...