Marchés alimentaires : maintenus avec des règles sanitaires scrupuleuses

Dès l’apparition des premiers cas de coronavirus en Morbihan, le préfet a pris un certain nombre de dispositions, notamment celle d’interdire les marchés.
J’ai tout de suite fait part de mon opposition à cette mesure que je jugeais déloyale en comparaison à l’ouverture des supermarchés. Il a finalement tenu compte de de cet argument et est très vite revenu sur sa décision.

Mais, un décret publié le 24 mars au Journal officiel interdit depuis l’ouverture des marchés. En réaction, les professionnels ont fait des propositions permettant d’assurer la sécurité des exposants et des clients. Ces propositions ont été validées par le gouvernement. De ce fait, à la demande du maire, le préfet peut autoriser les marchés alimentaires s’ils respectent les mesures d’hygiène et de distanciation sociale.
Cette possibilité est, de mon point de vue, une vraie satisfaction tant les producteurs locaux ont besoin de travailler et d’écouler leurs produits frais.

A Ploërmel, Josselin, Allaire, Peillac, Questembert ou encore La Roche-Bernard (cf.photo), il est possible de se ravitailler auprès des marchands ambulants alimentaires.
Ces municipalités ont en effet choisi d’organiser le fonctionnement de leurs marchés de façon remarquable, en respectant scrupuleusement les règles sanitaires.
Tout d’abord en limitant le nombre de personnes admises dans l’enceinte du marché. Mais aussi en fixant une seule entrée quand il y a une sortie, en mobilisant des agents municipaux afin de s’assurer que le nombre de personnes total respecte un nombre défini à l’avance. Enfin, en optimisant la distanciation entre personnes grâce aux marquages au sol ou de ganivelles.
Les commerçants, eux aussi, s’assurent devant chaque stand que leurs clients suivent les règles de bon sens pour éviter la transmission : distance entre les clients, interdiction de toucher les produits, incitation à amener son propre sac pour éviter de manipuler des sacs en plastique ou en papier., paiements si possible en carte sans contact afin d’éviter les échanges de billets ou de pièces.
Tout a été pensé pour limiter au maximum le risque de transmission du virus. Aussi, je tiens à féliciter l’ensemble des acteurs, élus, agents municipaux et professionnels ambulants, d’être aussi exigeants et scrupuleux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.