Nécessité de soutenir l’énergie cheval

QUESTIONS AU GOUVERNEMENT – Question écrite n° 22572 à Mme la ministre de la transition écologique et solidaire sur la nécessité de soutenir le développement de l’énergie cheval.

Question publiée au Journal Officiel le 03 septembre 2019

M. Paul Molac appelle l’attention de Mme la ministre de la transition écologique et solidaire sur la nécessité de soutenir le développement de l’énergie cheval. En effet, dans un contexte de transition écologique qui invite et incite les collectivités à user d’ingéniosité pour diminuer leur consommation d’énergie fossile, elles peinent à obtenir des financements permettant le développement de projets à l’énergie cheval. Alternative aux transports motorisés, désherbage mécanique à cheval, l’ADEME qui a un temps subventionné ce type de projets ne dispose plus désormais de crédits permettant de favoriser l’énergie cheval. Or la force animale produit l’énergie nécessaire au travail des espaces naturels, au débardage en forêt, aux transports et autres aides au portage (bât), à la traction ainsi qu’à l’animation mécanique. Comparée à toutes les autres technologies développées actuellement par l`homme, la traction animale compte même parmi les plus efficaces, tant du point de vue écologique (le travail du cheval s`intègre d’une façon harmonieuse dans le milieu naturel) que du point de vue de la production d’énergie mécanique. Les équidés sont en effet des moteurs d’une grande modernité, dont l’énergie provient d’une alimentation hydrocarbonée produite grâce à une source inépuisable d’énergie, l’énergie solaire. Les animaux de travail n’émettent pratiquement pas de CO2, ne consomment que des aliments qui poussent sur place et produisent de l’engrais naturel. Ils se reproduisent eux-mêmes. Leur utilisation a fait ses preuves pendant des millénaires et il est difficile d’imaginer une énergie aussi universellement accessible et aussi durable. Leur énergie peut donc être qualifiée de « renouvelable » en ce sens que la nature la renouvelle en permanence. C’est pourquoi il souhaiterait savoir comment, au nom de la transition énergétique, le Gouvernement entend favoriser et développer l’énergie cheval, notamment lorsqu’elle fait partie intégrante d’un projet de transition écologique proposée par une collectivité territoriale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.