Augmentation de la TVA dans le secteur des services à la personne

QUESTIONS AU GOUVERNEMENT – Question écrite n°27918 adressée au ministre délégué auprès du ministre de l’économie et des finances, chargé du budget

Question publiée au JO le : 28/05/2013
Réponse publiée au JO le : 09/07/2013

Texte de la question

M. Paul Molac attire l’attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de l’Économie et des finances, chargé du budget, sur l’augmentation, à compter du 1er juillet 2013, du taux de TVA de 7 % à 19,6 % dans le secteur des services à la personne, et plus particulièrement dans le secteur des petits travaux de jardinage. Par avis motivé du 21 juin 2012, la Commission européenne a demandé à la France de soumettre au taux normal de TVA (19,6 %) certains services à la personne qui ne constituent pas, selon elle, des soins à domicile (travaux de jardinage, assistance informatique, cours particuliers…). En l’absence d’une mise en conformité dans un délai de deux mois, la Commission pourra saisir la Cour de justice de l’Union européenne.
Le Gouvernement a décidé de se mettre en conformité avec le droit communautaire en supprimant le taux réduit applicable à ces cinq services dès le 1er juillet 2013. Or, alors même que ce taux avait déjà été porté de 5,5 % à 7 % le 1er janvier 2012, les professionnels concernés soulignent qu’aucun secteur d’activité ne peut survivre à une telle hausse de 15 % en moins de dix-huit mois, d’autant que celui-ci est surtout constitué de très petites entreprises.
Ce sont au total 10 600 actifs dont l’emploi se trouve ainsi menacé sur l’ensemble du pays avec, comme corollaire, le risque d’une montée en puissance du travail dissimulé.
Il lui demande donc si le Gouvernement compte réexaminer cette hausse à la lueur des difficultés qu’elle engendrerait pour les secteurs des services à la personne, ou si pour le moins il envisage d’adopter des mesures fiscales et sociales de compensation indispensables à la pérennité de leur activité et au maintien de milliers d’emplois.

Texte de la réponse

Par mise en demeure du 29 septembre 2011 et avis motivé du 21 juin 2012, la Commission européenne a fait part aux autorités françaises de ses observations sur l’application du taux réduit de la TVA à certains services à la personne prévu au i de l’article 279 du code général des impôts (CGI) qui vise les prestations de services fournies par des associations, des entreprises ou des organismes déclarés en application des articles L. 7232-1 à L. 7232-4 du code du travail.
Elle rappelle qu’en vertu du point 20 de l’annexe III à la directive n° 2006/112/CE du 28 novembre 2006 modifiée, les États membres de l’Union européenne ont la possibilité d’appliquer un taux réduit de TVA aux « services de soins à domicile, tels que l’aide à domicile et les soins destinés aux enfants, aux personnes âgées, aux personnes malades ou aux personnes handicapées ». Elle considère que ces « soins à domicile » visent uniquement les services de nature non médicale rendus à domicile qui ont pour objet la satisfaction de besoins dee la vie courante étroitement liés à la santé et au bien-être des personnes, ainsi que les services qui visent à répondre à des besoins spécifiques des personnes dépendantes ou fragiles.

Dans l’avis motivé du 21 juin 2012, la Commission estime que seuls cinq des vingt-et-un services à la personne bénéficiant du taux réduit en France ne sont pas conformes au droit communautaire, à savoir : les petits travaux de jardinage ; les cours à domicile (le soutien scolaire à domicile étant lui préservé) ; l’assistance informatique et internet à domicile ; les services de maintenance, entretien et vigilance temporaires à domicile de la résidence principale et secondaire ; ainsi que les activités qui concourent directement et exclusivement à coordonner et délivrer les services à la personne (c’est-à-dire l’activité du mandataire qui met en relation un client et un prestataire de services à la personne).

Afin de préserver l’essentiel du secteur d’activité des services à la personne et de prévenir un contentieux communautaire imminent que la France serait certaine de perdre sur le taux de TVA qui leur est applicable, il a été décidé de mettre en conformité la législation nationale avec le droit communautaire sur les cinq services incriminés par la Commission. La suppression du taux réduit applicable à ces cinq services a pris effet le 1er juillet 2013. Le Gouvernement entend préserver les avantages fiscaux accordés, au travers de l’impôt sur le revenu, aux employeurs de salariés à domicile (50 % de réduction d’impôt ou, pour les actifs, de crédit d’impôt, sur les dépenses engagées pour la rémunération d’un salarié à domicile), puisque ces avantages ne sont, eux, pas remis en cause par la Commission.

Afin d’amortir l’impact de la hausse de TVA pesant sur les secteurs visés par la Commission européenne, le Gouvernement a décidé de relever de 2 000 € les plafonds de dépenses éligibles à l’avantage fiscal (plafonds fixés par l’article D. 7233-5 du code du travail) au titre des petits travaux de jardinage et l’assistance informatique à domicile. Ce relèvement, respectivement de 3 000 € à 5 000 € pour les travaux de jardinage et de 1 000 € à 3 000 € pour l’assistance informatique, assurera que, pour l’ensemble des consommateurs de ces services, le surcroît de TVA sera bien compensé, pour moitié, par une hausse de l’avantage fiscal à l’impôt sur le revenu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.