Dominique Lamballe, un entrepreneur local qui hisse haut les couleurs de son pays

Photo Dominique Lamballe

« Je suis né ici, à Beignon. Le métier d’origine dans ma famille était menuisier. Je n’étais pas parti dans cette voie, mais les opportunités ont fait que je suis revenu dans ma commune de naissance et dans le métier de tradition de mes parents. »

Dominique Lamballe est reconnu pour sa réussite, au point que FenêtréA se classe 12e entreprise française au palmarès national. Nombre de représentants politiques ont loué la réussite de la PME familiale et en 2011, le président de la République, a visité ses locaux. « Mais attention, on ne fait pas de politique ; on est dans l’économie, l’industrie, et c’est déjà bien assez ! », précise Dominique Lamballe.

L’histoire d’une amitié et d’une succession réussie

Roland Desnoyers, un ami de son père, était directeur d’un atelier de menuiserie à Pontivy. Il avait comme client André Lamballe, entrepreneur et maire de Beignon. Alors qu’il cherchait à se développer, celui-ci l’a invité à s’installer dans sa commune. « C’était en 1993. Je suis arrivé en 2006. Je connaissais bien Roland Desnoyers, car j’étais administrateur de l’entreprise, tout en travaillant dans un autre domaine : l’agroalimentaire. À sa retraite, aucun de ses enfants n’a souhaité reprendre l’entreprise. Il m’a demandé : “Et toi, serais-tu intéressé ?” Cela a été une grosse surprise, mais j’ai dit oui. Nous avons travaillé ensemble à la reprise. Il a fait de moi en quelque sorte son fils industriel », raconte l’actuel président de FenêtréA.

Comment se développer dans un marché en régression ?

Le marché de la fenêtre et des ouvertures en France est loin d’être florissant. Pourtant, FenêtréA ne cesse de se développer, de croître dans un marché en régression, tourmenté par les diverses concurrences. Le développement est justement l’une des réponses de Dominique Lamballe : « Nous mettons tout en œuvre pour être innovants : Nous sommes continuellement dans l’amélioration des collections de produits et dans le développement de produits de rupture. » À ce premier élément de réponse s’ajoutent « la puissance industrielle et la qualité du service client », précise-t-il.

De manière concrète, ce sont 30 millions d’euros d’investissement qui seront engagés jusqu’en 2020 : « Soit on investit, soit on disparaît. » Il compare volontiers l’entrepreneuriat au snowboard : « On est plus stable en mouvement qu’à l’arrêt. À l’arrêt, que ce soit en avant ou en arrière, la position est inconfortable et en plus dans le froid ! » Chaque année, ce sont 20 à 25 personnes qui viennent compléter l’effectif de FenêtréA (plus de 360 CDI).

En 2016 sera construit un centre de formation et d’innovations: « Tout d’abord pour nos clients, afin de les former sur les innovations de nos produits, et ensuite pour former des personnes qui sont hors-métier au métier de poseur en menuiseries extérieures. Il y a un réel besoin de formation pour ce métier, c’est une profession en tension où la demande est importante. »

Un ancrage local, environnemental et familial

« Tout ce que nous développons se fait à Beignon. » Les embauches ont lieu en local, pour faire vivre le pays. Le centre de formation, qui drainera des personnes venant de toute la France, aura également pour vocation de mettre Brocéliande en valeur, tant pour son cadre bucolique que pour ses légendes, avec des projets dédiés à sa découverte. Par ailleurs, le respect de la nature et de l’environnement est au cœur de la démarche : « Nous faisons de cette école un cas d’école, souligne Dominique Lamballe. Il s’agira d’un bâtiment à énergie positive, anticipant la loi RT 2020. »

L’écologie est une valeur clé de l’entreprise qui s’inscrit dans le développement durable. Deux raisons supplémentaires qui font de FenêtréA une société qui se distingue.

Une caractéristique complémentaire serait son système économique peu commun pour une entreprise de son envergure : le capitalisme familial, ou autrement dit, l’absence d’actionnaires extérieurs. Dominique Lamballe conclut ainsi sur la marque de FenêtréA : « Nous ne cherchons pas à copier ce que font les sociétés mieux classées que nous, mais nous faisons en sorte de tracer notre propre voie. »

 Le goût du partage

Partage d’expérience, esprit sportif, sponsoring, Dominique Lamballe s’implique également dans la vie locale. Présent dans trois clubs d’entreprises, le CEPP (Club des entreprises du pays de Ploërmel) dont il a longtemps été vice-président, cofondateur du CEPAC (Club des entreprises du parc d’activité du Chênot) et de Route 24 (Interclubs regroupant 6 clubs de Baud, Locminé, Ploërmel, Beignon et Guer), il échange volontiers avec ses confrères sur son expérience.

Jouant de la comparaison entre une entreprise et un bateau, il s’implique dans le monde de la course au large. Une histoire qui, là aussi, a commencé en Brocéliande, quand Alain Maignan, qui s’était lancé le défi d’effectuer un tour du monde sans escale et sans assistance sur un voilier de 10 mètres, l’a sollicité. Un pari réussi pour l’un et le début d’une grande aventure pour FenêtréA.

« Dans l’entreprise, jusque dans les ateliers, les gens sont partie prenante des courses. Cela a du sens pour nos équipes, mais aussi pour nos clients. Le monde de la voile est très proche d’une PME comme la nôtre : il n’y a peu le droit à l’erreur, elle est souvent fatale… »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.