Confinement : rupture d’égalité entre supermarchés et petits commerces

La décision prise par le gouvernement, sans aucune concertation, de fermer le commerce de proximité suscite émoi et résistance. Alors que les chaînes de magasins et les supermarchés peuvent rester ouverts, le petit commerce qui fait la vitalité de nos centres bourgs et centre villes devrait fermer. Pourtant, comment expliquer que le virus se propagerait dans ces commerces et pas dans les supermarchés ou dans les écoles ou encore dans les lieux de travail ?  L’application sans discernement de règles nationales est un très mauvais coup pour le petit commerce dont certains font un chiffre d’affaire important avant Noël. Comment expliquer que quelques clients dans un petit magasin soit source de contamination si les consignes sanitaires sont respectées ? Il eut été facile de prévoir un nombre de clients en fonction du nombre de mètres carrés du magasin et de renforcer les geste barrières. Ainsi les commerces de proximité pourraient continuer à être ouverts sans diffusion de la pandémie et les règles seraient les mêmes pour tous.
Les solutions adaptées aux marchés ont été une réussite pendant le premier confinement, des solutions existent donc. Il convient donc de donner le pouvoir localement aux élus locaux et à l’administration déconcentrée et de cesser cette centralisation mortifère. Il est encore temps de sauver le commerce de proximité

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.