L’entreprise de TP Lemée à St Dolay continue sa progression

Le secteur des travaux publics est un secteur fragile. Les marchés sont rares et la conjoncture difficile. De plus, ces entreprises sont en partie tributaires de la commande publique. Même si les dotations pour investissement sont légèrement augmentées, le nécessaire redressement des comptes publics qui entraîne une baisse des dotations de fonctionnement des collectivités locales rend celles-ci plus frileuses.

DSCN1474

Je suis déjà passé plusieurs fois à Saint-Dolay pour les vœux et pour visiter les équipements collectifs comme par exemple la nouvelle cantine ou l’Accueil de loisir sans hébergement (ALSH). J’ai donc profité d’un déplacement pour une permanence parlementaire pour y visiter une entreprise de travaux publics.

L’entreprise Lemée a été fondée en 1969. En 2007, elle est rachetée par les frères Le Bot. Elle compte aujourd’hui 64 employés et les personnes en apprentissage représentent 10 % de l’effectif. Les investissements représentent en moyenne 400 000 € à l’année. L’entreprise utilise environ 150 000 tonnes de granulats et 15 000 tonnes d’enrobé. Des chiffres impressionnants. Il est bon de savoir que les entreprises de travaux publics réutilisent de plus en plus les déchets inertes, parfois avec du ciment ou de la chaux, ce qui évite de remplir des décharges.

L’entreprise réalise des tâches multiples et parfois complexes avec un savoir-faire pointu : terrassements, routes, stabilisation du sol, berges, douves, réseaux d’aménagement urbain, etc. Elle peut ainsi réaliser des travaux pour les particuliers (environ 8 % de son chiffre d’affaires).

Nous avons évoqué le problème des troubles musculo squelettiques pour les employés. Il n’est pas toujours facile de changer de postes voire de métier. Des évolutions sont cependant possibles dans l’entreprise elle-même.

Le marché en ce moment est atone et les chantiers sont assez rares, surtout les gros chantiers. La concurrence entre les entreprises est importante. La visibilité n’est que de deux mois, ce qui est peu. Il s’agit peut-être d’une bonne opportunité d’investir pour certaines collectivités locales car les prix sont tirés vers le bas, les taux d’emprunts faibles et les dotations pour investissements en augmentation.