Portrait du mois – Avec Ar’Images Ar’Images, apprenez la Bretagne à travers la photo

Chaque été depuis 11 ans, La Roche-Bernard se pare d’une exposition photographique. Ruelles et rives de la Vilaine invitent à la découverte des richesses naturelles et patrimoniales de la Bretagne (Loire-Atlantique comprise), capturées par une équipe de photographes bénévoles, passionnés et exigeants. Ce beau festival est l’œuvre de l’association Ar’Images, qui fédère les initiatives et concrétise, à chaque édition, le travail commun et multiple d’amateurs d’art photographique et d’amoureux de la Bretagne.

Une édition 2020 plus modeste, mais une édition qui résiste

Ar’Images a été, comme toutes les associations ou entreprises, coupée dans son élan par la parenthèse du confinement. L’association, qui fonctionne au rythme d’une réunion par mois, n’a pas pu analyser toutes les photographies soumises par les photographes amateurs du Photo-Club de la Vilaine maritime qui, eux-mêmes, n’ont pas pu poursuivre leurs pérégrinations et explorations artistiques. Qui plus est, même si les soutiens publics ont été réaffirmés, les membres d’Ar’Images savent qu’ils doivent réduire leur budget, dans l’hypothèse des baisses des financements de leurs partenaires. Cette année 2020, ils ont donc fait le choix d’une exposition plus modeste avec 50 photos. « Nous ne voulions surtout pas annuler notre festival ! Quoi qu’il se passe, nous sommes là pour offrir du spectacle. Cette année, et comme tous les ans, les gens nous attendent. Et notre formule s’y prête : l’exposition est une balade, sans points de regroupements », explique Paul, bénévole.

Si l’édition 2020 est plus modeste en termes de panneaux exposés, elle est sans doute plus ambitieuse par son thème. « Nous avons choisi un sujet difficile : “Nuits bretonnes”. Il avait été trouvé par notre ami, François Rambaud, décédé tragiquement en octobre. C’est notre manière de lui dédier ce festival », raconte Yves, le président, accompagné d’autres membres de l’association.

« Promouvoir les patrimoines naturels et humains de la Bretagne »

Ar’Images a inscrit dans l’article premier de ses statuts son ambition : « Promouvoir les patrimoines naturels et humains de la Bretagne ». L’association œuvre à tous les niveaux. « Pour les touristes qui viennent découvrir l’exposition, celle-ci ouvre une boîte à idées, comme une porte d’entrée pour visiter, ensuite, la Bretagne. C’est aussi très formateur pour nous, membres de l’association et/ou du photo-club. Beaucoup d’entre nous sont des retraités venus d’autres régions. Quand on nous donne un thème sur la Bretagne, nous sommes obligés d’apprendre la Bretagne ! Chacun a fait des découvertes au fil des thèmes : les ports industriels de la région, le parcours de la Vilaine… Et nous travaillons aussi les techniques photographiques, encore plus particulièrement avec un sujet comme celui de cette année ! Nous avons d’ailleurs tous fait des progrès. » Les photographies doivent exprimer la personnalité de la région, pour mieux la valoriser et la préserver.

Un festival photo ancré dans son territoire

L’association a fait un choix original pour se démarquer : son matériel d’exposition. Les photos sont présentées et maintenues sur des pieux de bouchot, récupérés auprès des mytiliculteurs de la région. Ces pieux sont installés çà et là en tripodes, plantés dans l’eau de la Vilaine ou dans le jardin du Ruicard. Un parcours est proposé, mais il est aussi possible de déambuler dans les ruelles et sur le port de La Roche-Bernard à sa guise. « Le montage de l’exposition, sur l’eau, en barque, fait partie du spectacle ! » souligne Paul, en bottes, debout dans une barque. « C’est beaucoup de bricolage, commente Yves. Tout se fait avec les compétences de chacun des membres. » L’exposition est aussi présente sur le site web de l’association, puisque les photographies imprimées sur un support alu dibond sont proposées à la vente à prix coûtant, ceci afin de financer les projets de l’association. « Les photos sont présentées avec leur titre, les caractéristiques techniques de la prise de vue et illustrées par un extrait de poème choisi pour son évocation de la scène. Encore une compétence qui n’est pas limitée à la photographie ! » ajoute Yves.

Des photos sélectionnées pour une exposition exigeante

« Toutes les photos sont prises par des amateurs, membres d’Ar’Images ou du Photo Club de la Vilaine maritime, explique Thierry. L’équipe d’Ar’Images fait une première sélection, qui est soumise à un jury comportant des photographes extérieurs, pour une sélection définitive. En tout, nous faisons le tri parmi plus de 500 photos. » Les choix sont faits selon divers critères : être dans le thème, bien sûr, éviter les doublons, raconter une histoire, créer une émotion grâce à une esthétique qui interpelle le regard. L’association cherche aussi constamment à se démarquer, observant que les expositions extérieures de photos sont devenues presque courantes. « Nous étions allés, en complément, vers des petits formats à disposer en vitrines des boutiques, pour inclure les commerçants au projet. Nous pensions aussi à habiller les vitrines orphelines, en partenariat avec la Mairie. Nous aimerions créer des animations auprès des scolaires… Nous avons conscience que nous devrons nous réinventer pour perdurer ! analyse Yves. Et nous espérons retrouver, dès 2021, la dimension d’un festival qui est plus qu’une exposition. »

Le thème de l’édition 2021 est déjà donné. Ce sera « Armor et Argoat : naturellement breton ». Les photographes amateurs seront invités à capter ce qui est typique de la Bretagne : champs de sarrasin, falaises bretonnes, landes escarpées… À chacun, avec son appareil, de révéler comment notre région se distingue !

Pratique – Exposition visible jusqu’au 4 octobre. Gratuit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.