Programme de Le Drian : le compte y est

En septembre dernier, nous nous étions rassemblés à Pontivy pour appeler Jean-Yves Le Drian à se présenter à la Région Bretagne et nous lui faisions part de nos propositions pour la Bretagne pour les 5 années à venir. Nous sommes satisfaits de constater que dans les propos et dans le programme de la liste menée par Le Drian nos propositions figurent en bonne place avec souvent des actions concrètes.

urlPaul Molac tient à rappeler que dans son combat pour une Bretagne réunifiée, pour les langues régionales et pour les lois de décentralisation, il a reçu l’appui de son groupe politique à l’assemblée et celui des députés proches de Jean-Yves Le Drian et de la Région Bretagne ainsi que de son président Pierrick Massiot. Herri Gourmelen et Mona Bras rappellent quant à eux que le bilan de la région est absolument positif dans de nombreux domaines et bien sûr dans ceux que nous défendons. Les échecs de la politique nationale ne sauraient être imputés à la majorité régionale sortante. Il s’agit bien de choisir le prochain président de la Région Bretagne et non le prochain président de la République française. Ne nous trompons pas d’élection. La liste Le Drian soutient nos combats. Cela n’est pas pour nous une découverte, ni une surprise.

La Bretagne à 5

La préservation de la région Bretagne en tant qu’entité administrativo-politique nous permet de préparer l’avenir et notre combat pour une Bretagne à 5 départements, région de cœur, d’histoire et notre bassin de vie. Dans le discours de Saint-Brieuc, Le Drian a clairement expliqué qu’il continuerait à faire la promotion de la Bretagne à 5 départements, par des actes concrets mais aussi pour engager un processus amenant les 3 régions de l’ouest de la France à modifier leur périmètre pour qu’il n’y en ait plus que deux. Par contre, il s’opposera à un Grand Ouest sans consistance.

La régionalisation renforcée

La Région Bretagne est la seule de France métropolitaine a avoir obtenu dans les lois de décentralisation deux vieilles revendications du mouvement breton : la délégation de la compétence culture et la mise en place d’une télé bretonne. La politique culturelle du livre et du cinéma-audiovisuel est désormais gérée par la région. De plus, face à la demande réitérée d’une télé bretonne, elle mettra en place un média global qui permettra la mutualisation de programmes bretons et en langues de Bretagne sur de multiples supports : France 3, télés locales, Internet, ADSL. Il s’agit de mettre en place la télé de demain et cela se passe en Bretagne. Le début concret est prévu au printemps 2016. La loi NOTRe (décentralisation) est très insuffisante dans le domaine réglementaire, malgré tout la compétence économie est donnée à la région. C’est un renforcement de son action qui passera par l’aménagement du territoire et l’équilibre entre est et ouest, villes et campagnes.

La promotion des langues de Bretagne poursuivie et amplifiée

Les débats liés à la nouvelle convention sur les langues de Bretagne ont été caricaturaux en cette veille d’élections régionales. Elle présente pourtant des avancées que nous attendions. Les seuils d’ouverture sont assouplis avec la disparition du chiffre minimum. L’un des principaux problèmes est la formation et le recrutement d’enseignants. Le nombre de postes de professeurs des écoles bilingues sera doublé pendant les 5 années à venir. Encore une vieille revendication satisfaite. La formation des enseignants sera accompagnée par les bourses de la Région et par des fonds venant directement du ministère. Le mouvement des enseignants bilingues du second degré sera spécifique. Le gallo aura sa filière universitaire qui lui fait défaut aujourd’hui. Des trois conventions signées depuis que ce système existe, elle est la meilleure. De plus la région augmentera le budget langue pour former d’avantage d’enseignants bilingues, adapter la langue bretonne au numérique et pratiquer des études socio-linguistiques.

Le budget de la culture augmenté

Dans ce contexte de baisse de dotation aux collectivités locales pour cause de redressement des comptes publics, le budget de la culture sera augmenté. Cela montre la volonté forte de l’équipe Le Drian de soutenir les associations, les scènes qui œuvrent pour la culture bretonne et ses diverses expressions (langues, théâtre, bagadoù, cercles, etc.)

Une gestion intégrée des collectivités locales

Avec la Conférence Territoriale de l’Action Publique, la région contractualise avec les départements et les communautés de communes (EPCI) pour donner une cohérence régionale aux différentes politiques dans les domaines partagés. Par cette conférence, la région pourra continuer d’œuvrer dans tous les domaines qu’elle jugera importants pour la Bretagne en attendant qu’une prochaine loi ne donne le coup de grâce aux départements.

Ces points montrent que l’équipe en place à la Région a préparé le terrain et s’apprête à mettre en place de nouvelles compétences et de nouvelles politiques. Cette mise en place qui est engagée doit être poursuivie et nous pouvons parier que des obstacles surgiront car toute évolution suscite des oppositions. L’évolution en France ne va pas de soi, les préjugés, les peurs et les postures sont autant de facteurs de conservatisme. Il nous faudra organiser, dialoguer et convaincre pour mettre en place les politiques favorables aux Bretonnes et aux Bretons. Nous voulons donc faire partie de cette majorité forte, l’appuyer et l’aiguillonner pour faire que ces possibilités soit la réalité de demain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.