Intervention sur le projet d’accord de libre-échange TAFTA

Après avoir posé une question au Gouvernement sur le sujet le 9 juillet 2013, je suis de nouveau intervenu dans l’hémicycle ce jeudi 22 mai lors de l’examen de la proposition de résolution européenne sur le projet d’accord de libre-échange entre l’Union européenne et les Etats-Unis d’Amérique (TAFTA) du groupe parlementaire GDR. J’ai axé mon propos sur les craintes que fait peser ce traité, auquel je suis clairement opposé, sur la vitalité de notre secteur agricole mais plus encore de nos territoires ruraux.

z
Compte-rendu de mon intervention

Avec Brigitte Allain, nous nous sommes largement exprimés sur les questions agricoles et je vais à nouveau le faire aujourd’hui.

Je relaie ici l’extrême inquiétude de nos agriculteurs :

  • inquiétude devant les énormes capacités de production des États-Unis ;
  • inquiétude devant les produits de bas de gamme susceptibles d’inonder nos marchés et de tirer les prix agricoles vers le bas, alors qu’ils ne cessent de baisser en euros constants ;
  • inquiétude devant les normes sanitaires – je pense à l’agriculture biologique, à l’agro-écologie chère à Stéphane Le Foll, je pense aussi à ceux de nos agriculteurs qui utilisent des modes de culture classiques et qui font des efforts importants pour limiter voire supprimer les antibiotiques et pour réduire le recours aux produits sanitaires au profit de la lutte intégrée.
  • La qualité des produits agricoles européens est reconnue dans le monde entier. Les Chinois, frappés par des scandales alimentaires retentissants, viennent désormais acheter des produits chez nous, plus chers certes, mais sûrs. Nous craignons que cet accord ne revienne sur toutes ces normes-là.
  • L’inquiétude porte aussi sur la vitalité de nos territoires ruraux, car, ne nous y trompons pas, les circuits courts, les produits de terroirs, les AOP seront menacés par cet accord.

C’est pourquoi, certaines régions comme la Bretagne ont exprimé leurs craintes. Aujourd’hui, nous disons clairement notre opposition à ce traité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.